Axe Sud - Ecole supérieur d'arts Graphiques et de Communication visuelle à Marseille et Toulouse

Actualités

Des ambitions internationales de haute volée !

L’Académie Libanaise des Beaux Arts, l’ALBA est un lieu très animé. Plus de 1000 étudiants en architecture, cinéma, mode, photographie s’y retrouvent chaque année. C’est dans cette "cité prospère" que la formation en BD/Illustration se déploie depuis 18 ans. L’idée d’un partenariat avec celle d’Axe Sud a tout naturellement germé dans la tête des directeurs de l’ALBA et celle de Clément Baloup, auteur de BD, co-fondateur de la section, alors exposant à Beyrouth. Les opportunités de ce projet présentées par Clément Baloup.

Quelles successions d’événements t’ont mené à l’Académie des Beaux Arts de Beyrouth ?

Clément Baloup : Suite à mon exposition réalisée au festival d’Angoulême, l’Académie Libanaise des Beaux Arts m’a invité pour présenter mon travail de BD reportage et animer un workshop auprès des étudiants en formation BD/Illustration. Dans ce contexte, l’exposition originelle a été enrichie par tout un travail d’analyse réalisé par Justin Wadlow, universitaire, responsable du festival BD d’Amiens, et scénographe ayant déjà travaillé dans ce cadre sur ma série des Viet Kieu, notamment à Chicago, Illinois.

 

Où s'est tenue ton exposition ?

C.B. : L’exposition s’est tenue lors des  journées portes ouvertes de l’Académie, dans un lieu splendide et vaste. L’école est constituée de trois blocs d’immeubles reliés par un patio ombragé. La salle d’exposition est à l’entrée de cet ensemble, soit le passage obligé pour les 1000 étudiants que compte l’Académie, complété lors des JPO des invités, des visiteurs et des futurs étudiants. L’exposition, comme tous les événements offrant une ouverture culturelle, a été très prisée par les Libanais. Ce fut une belle opportunité pour parler de mon travail de BD reportage et d’élargir le sujet sur un projet de partenariat entre l’ALBA et l’école Axe Sud, dans laquelle j’ai co-fondé la section BD/Illustration.

 

Section BD/Illustration Axe Sud

 

Ce voyage représente-t-il un premier pont entre l’ALBA et Axe Sud ?

C.B. : Les directeurs – Alain Bréma et Joseph Rustom directeur pédagogique, Michèle Stanjdofski, responsable de la section BD/Illustration – étaient très enthousiastes à l’idée de créer un partenariat. Dans le domaine de l’architecture, il en existe déjà un entre l’ALBA et l’école de Condé, groupe auquel appartient Axe SUD. Alors en déployer un dans la formation BD/Illustration serait une nouvelle passerelle d’échanges enrichissants pour les élèves, comme pour les enseignants.

 

 Justin Wadlow (Prof à l'université d'Amiens et scénographe d'expositions BD), moi, Michèle Standjofski (Prof et responsable de la section BD illustration de l'ALBA).

De gauche à droite : Justin Wadlow (Prof à l'université d'Amiens et scénographe d'expositions BD), Clément Baloup, Michèle Standjofski (Prof et responsable de la section BD illustration de l'ALBA).

 

Sous quelle forme pourrait se concrétiser ce partenariat ?

C.B. : La première pierre à l’édifice serait de déployer des workshops de deux semaines durant lesquelles partager nos talents, nos univers narratifs, nos techniques de dessins et nos cultures.

Le workshop réalisé conjointement avec Justin Wadlow était une excellente entrée en matière, une façon de mieux se connaître et de comprendre comment répondre aux attentes des étudiants, libanais et français. Les étudiants Libanais sont très en demande en termes de nouveauté, d’histoire de la BD d’hier et d’aujourd’hui. Nos deux workshops croisés, l’un sur la BD du réel orchestré par Justin Wadlow et l’autre sur la BD reportage, nourri de mon expérience, permettait de leur apporter des références culturelles et des techniques.

 

Quels bénéfices pourraient en retirer nos étudiants ?

C.B. : L’ALBA est situé au cœur du Moyen Orient, véritable croisée des cultures et des civilisations. Les étudiants parlent tous trois langues et sont de fait propulsés dans une démarche internationale. Naturellement, les formations en  BD/Illustration possèdent une très grande ouverture sur l’étranger, en perpétuelle recherche de ce qui se passe en France, en Asie, aux Etats-Unis… Les étudiants sont le fruit de ces cultures mêlées, emmêlées et leur style graphique comme leur histoire en sont imprégnés. Ils ont l’art de se nourrir des formes étrangères, de les assimiler pour les intégrer à leur œuvre. En témoigne ce jeune étudiant libanais, Victor, fan de Gaston Lagaffe, dont l’œuvre singulière avait pour l’observateur arrondi la rondeur du trait. Nos étudiants français pourraient élargir ainsi leur palette de références et s’ouvrir au Monde, rien de moins !

 

Quelles qualités t'ont interpellé chez les étudiants libanais ?

C.B. : Les étudiants libanais sont marqués par des années de guerre et de reconstruction. Les thématiques choisies dans leur dessin sont toujours très fortes, qu’elles soient un regard intime ou plus large sur la société. Ils ont une volonté de s’exprimer et une rage de vivre qui est exceptionnelle. Les étudiants libanais veulent changer le cours de leur destin, et le dessin est une arme puissante.

 

Section BD/Illustration Axe Sud 

 

Qu’est-ce qui t’a particulièrement marqué lors de ton voyage ?

C.B. : Même si Beyrouth essaye d’effacer les traces de son histoire en détruisant des immeubles criblés de balles. Certains sont encore là, témoins de blessures que les Libanais tentent de dépasser, en particulier par leur architecture. Celle d’aujourd’hui est novatrice et audacieuse à l’image de la ville d’aujourd’hui, dénuée de toute nostalgie.

L’ALBA participe aussi au renouvellement de sa cité. L’architecture est aujourd’hui une section phare en plein essor. La ville se remodèle et les étudiants sont les futurs acteurs de ce renouveau. Ce mouvement inclut aussi les étudiants des sections BD/Illustration. Ils dessinent des villes mouvantes, intrigantes, avec un imaginaire visionnaire… qui parfois en France, nous fait défaut.

 

Réaliser un Workshop à l’ALBA serait pour nos étudiants d'Axe Sud une véritable opportunité ?

C.B. : Rencontrer d’autres étudiants enthousiastes, avides d’apprendre, motivés par le besoin d’exprimer leur histoire, est toujours une expérience forte. Tout futur auteur de BD a parfois besoin de catalyseur pour découvrir son univers personnel, son style, sa façon de raconter des histoires. C’est très souvent en se frottant à de nouvelles cultures que le déclic se produit.

Partir dans une telle école est forcément une démarche forte, audacieuse car il faut se confronter à un monde d’hommes et de femmes qui ont vécu des cataclysmes humains et malgré tout, gardent l’énergie de créer. Partir au Liban laissera des traces à ceux qui oseront franchir le pas… c’est souvent de ces marques que naissent les plus beaux récits et que se révèlent le talent de chacun !

 

 Section BD/Illustration Axe Sud

 

En savoir plus

Le site de le l’ALBA

L'article de l'ALBA réalisé suite à l'exposition de Clément Baloup

Etudier à Beyrouth, la "Suisse du Moyen Orient" très prisée des étudiants français et étrangers.