Axe Sud - Ecole supérieur d'arts Graphiques et de Communication visuelle à Marseille et Toulouse

Actualités

Des talents révélés

Ils travaillent sur une péniche amarrée sur le Canal du Midi, un espace mouvant à l’image de leurs projets, en quête d’expression inédite ! Trois des membres du collectif, Renaud Benard, Vivien Gorse et Margot Paul nous expliquent la création de Pépite.

Comment est né le Collectif Pépite ? 

C.P. : En 2015, nous avons formé la première entité nommée Pépite Collectif. Neuf personnes, majoritairement des anciens d’Axe Sud se sont retrouvées après des expériences professionnelles multiples à Paris, Strasbourg et Toulouse. À cette époque, nous étions indépendants ou salariés d’agences de communications et partagions la même envie : créer un espace d’expression et d’expérimentation visuelle en explorant au delà de notre rôle de designer. Le postulat de base était simple : créer et participer à des projets qui nous ressemblent ! 

 

Collectif Pépite

L'équipe du collectif : Renaud Benard, Morgane Chambrion, Vivien Gorse, Théo Guillard, Margot Paul, Bastien Rivière, Jérôme Sallerin, Aurélien Saly.

 

Et les projets sont venus à vous ?  

C.P. : Oui, d’une certaine manière. Le fait d’être en collectif nous à permis d’élaborer des projets de plus grande ampleur. Par exemple, en 2015, nous avons été invités par l’agence Bakélite à participer à la scénographie du festival Letris, au sein de la Médiathèque José Cabanis à Toulouse. Carte blanche nous a été donnée pour élaborer des lettres peintes ou collées sur une cinquantaine de vitres intérieures du lieu en très grandes dimensions. 

 

 Collectif Pépite

 

Pépite a continué ses projets, toujours à 9 ? 

C.P. : Travailler à neuf fait partie du mode de fonctionnement de ce collectif. Notre idée est de créer une expérience commune et ludique afin de produire de manière différente, en fabricant ses propres outils.

 

Plus concrètement, comment faites-vous lorsqu’un projet demande une certaine cohérence globale ? 

C.P. : Nous définissons des règles de jeu, une façon différente de voir les contraintes. C’est ainsi que nous donnons un cadre à notre créativité. Lorsque le Phare, salle de concert de Toulouse nous a proposé de réaliser une fresque sur un mur de 55 m2, nous avions deux types de contraintes, celles très codifiées de la mairie concernant un bâtiment administratif et celles du collectif où chaque membre devait composer son propre espace d’expression tout en créant une fresque harmonieuse. 

 

 collectif Pépite

 

De Pépite Collectif à Pépite Atelier ? 

C.P. : Pépite Collectif a semé les premières graines au travers de multiples actions : des expositions, des ateliers autour du design graphique, de la typographie. Dans ce cadre, nous avons créé des outils uniques tels que des normographes de formes modulaires, permettant au grand public de créer de manière égale sans déséquilibre dû à une quelconque virtuosité.  

Puis, des projets de commande, de plus grande ampleur, nous ont amené à faire évoluer la structure. En 2017, nous avons créé Pépite Atelier avec l’idée d’appliquer notre approche à des terrains de communication, principalement dans le milieu culturel. 

 

Quelle est la spécificité de Pépite Atelier ?

C.P. : La majorité des membres est constituée de graphistes issus du collectif. Notre approche reste ludique avec cette volonté d’oser des projets mêlant communication et arts graphiques auprès de maisons d’éditions, d’institutions culturelles… 

Ceux qui font appel à nous recherchent une approche décalée, formée de notre empreinte. Il nous est difficile de nous définir, nous sommes mouvants sur beaucoup de nos savoir-faire, en recherche de nouvelles sensations graphiques, de projets qui nous inspirent. Nous possédons des terrains d’expertise comme le design typographique et l’illustration mais cela s’étend à la lettre de manière plus générale, la calligraphie et le lettrage.

 

Quels projets avez-vous mené ? 

C.P. : Nous avons réalisé dernièrement l’édition d’une revue sur le packaging pour le compte de Pulp, une agence de communication parisienne, l’ouvrage propose une revisite graphique d’articles publiés initialement sur le site web Influencia. Notre propos a été ainsi d’expérimenter un système de lecture atypique, forçant le lecteur à manipuler le livre sous tous ses angles, à la manière d’un objet à plusieurs faces. Ceci représentait notre retranscription du packaging et de l’objet sous la forme du livre.  

 

Collectif Pépite

 

Récemment, nous avons réalisé la communication d’un lieu de sortie et de vie “À la folie“, situé à Paris. Le lieu fêtant ses deux ans d’existence sur une semaine, une série d’affiches illustrant l’aspect festif du lieu et ses diverses facettes nous a été commandé.

 

Collectif Pépite 

 

Votre cœur d’activité reste-t-il le print, avec l’illustration et la typographie comme médium ?

C.P. : Le print comme le numérique sont deux univers d’application que nous aimons appréhender. Récemment, nous avons façonné l’identité visuelle d’Olodreem, cette création passe bien sûr par le web comme par l’application mobile, mais également par le packaging. Cette marque conçoit des boîtiers produisant des hologrammes, à partir d’un téléphone. En principe, ce type de projet un peu fou et pluridisciplinaire nous séduit.

 

Que vous a apporté Axe Sud ?

C.P. : En sortant de nos études, nous possédions tous des bases solides en design graphique, des fondamentaux qui nous ont permis de travailler, un bon bagage que certains d’entre nous ont enrichi par des formations complémentaires en illustration, en typographie et en webdesign. Nous y avons également acquis une forme d’exigence et de rigueur.

 

Quelle est votre vision des métiers du design graphique ? 

C.P. : Concernant notre vision personnelle de ces métiers, nous apprécions les travaux dont on tire une sensibilité visuelle de la part de leur auteur, nous apprécions également le raffinement et la maîtrise, lorsqu’un objet nous surprend. Pour notre part, nous cherchons avant tout à nous faire plaisir au sein de cette activité. Faire un métier qui soit en accord avec nous-mêmes est essentiel.

 

Un conseil pour les étudiants ? 

C.P. : Être curieux, ne pas suivre de dogme, être à l’écoute de ce qui se passe autour de soi, garder son esprit critique, comprendre, puis remettre en question. Cultiver en permanence son univers personnel dont on se nourrit tout au long de sa carrière. 

 

En savoir plus

 

  • http://www.pepite-collectif.com
  • http://www.pepite-atelier.com